ORCINUS | Ambassades des Océans

ORCINUS

English

Les orques forment la plus grande espèce de la famille des dauphins. Elles sont considérées comme parmi les êtres les plus intelligents de la planète, et sont reconnues depuis peu comme ayant une sensitivité et une conscience similaire à celle de l’homme.

Les orques sont au sommet de la chaîne alimentaire des océans : elles sont la clé de voûte de l’équilibre des écosystèmes. Estimées à 50 000 membres, elles sont protégées par plusieurs conventions internationales (Convention de Bern, Spaw protocol, ASCOBANS, ACCOBAMS...), car vulnérables pour les raisons suivantes :

  • Le cycle de reproduction d’une femelle est de 5 ans
  • La durée de gestation est de 18 mois
  • Le taux de survie des nouveau-nés à moins de 40 % la première année
  • Leur système immunitaire subit le plus de polluants au monde !

Aujourd’hui cette prédatrice apex est devenu vulnérable car elle fait partie des espèces les plus impactées par les activités humaines :

  • Pollutions sonores
  • Contaminations chimiques
  • Déprédation
  • Collision trafic maritime
  • Pénurie des stocks de proies
  • Braconnage

Malgré l’interdiction, 9 pays s’octroient le droit de les chasser sous couvert de chasse traditionnelle, et un 10e semble y revenir :

A quelles fins sont-elles chassées ?

  • Des appâts pour requins, thons, saumons, et autres poissons
  • Du Whale-Jerky, viande séchée sauvage pour les populations
  • Des huiles médicinales
  • Des bijoux et des décorations souvenirs
  • Des animations dans des parcs animaliers pour celles qui sont capturées vivantes

La pression exercée par la consommation humaine en protéines animales entraine un élargissement des espèces au menu : En 20 ans, la demande de viande de cétacés a explosé et risque encore de croître, selon l’agence Conservation Migratory Species of Wild Animals (CMS). En 2004, 45 espèces de petits cétacés étaient chassées… en 2019, 56 sont chassées de manière permanente. Comme les dauphins et les cétacés en général, les orques subissent cette pression car leur chasse sert directement ou indirectement la consommation de protéine animale pour les pays industrialisés :

  • Transformées en farines pour les élevages de poissons et bétails
  • Transformées en appâts pour la pêche sauvage
  • Directement servies à l’assiette ou en vente libre dans certains pays
  • Un met qui tente de pénétrer dans les pays occidentaux

Comme pour les baleines à bosses, les pêcheurs Norvégiens veulent que leur gouvernement ré-autorise la pêche des orques interdite depuis 1981.

Malgré le fait que l’IUCN déplore la déficience et le manque de données de surveillance, on peut estimer que près de 200 orques peuvent être arrachées des océans par les hommes tous les ans sans aucune sanction ni rappel à la loi.

Les études scientifiques s’accumulent dans le monde entier. En les compilant il devient indéniable que le niveau de contamination chimique chez les orques et les cétacés de manière générale dépasse tous les seuils acceptables : plus de 80 substances chimiques identifiées à des niveaux records !

Les polluants qu’ils contiennent en taux records sont des poisons fatals au long court pour les hommes : Les orques accumulent un niveau de PCB 100 fois supérieur, au seuil tolérable pour leur santé.




Ambassade des océans s’engage pour proposer des actions & solutions en vue de protéger cette espèce clé pour l’écosystème marin.

  • Construire un arsenal juridique législatif intégrant les étapes exécutives d’information, de prévention, de dissuasion et de sanction
  • Faire respecter le SPAW Protocol par ses signataires
  • Faire respecter la Convention de Bern de 1982 et la Directive 92/43 / EEC par l’Union Européenne et ses membres
  • Faire respecter l’arrêté du 1er juillet 2011 par la France fixant la liste des mammifères marins protégés
  • Assurer un suivi et un contrôle du respect des lois internationales prévues à la protection des cétacés.

Ambassade des océans s’engage à proposer des alternatives économiques, pédagogiques et scientifiques durables pour que les populations locales puissent concrétiser les bénéfices rapides de la protection des espèces protégées.

  • Informer les populations des risques sanitaires et environnementaux
  • Promouvoir la valorisation éducative et scientifique des cétacés
  • Conseiller les populations sur les alternatives économiques piscicoles
  • Prévenir toutes dérives spéculatives échappant aux contrôles des instances d’autorités
  • Soutenir les programmes de réinsertion dans la nature des cétacés en captivité

SI RIEN NE CHANGE, 50% DE LA POPULATION MONDIALE DES ORQUES DISPARAITRA D'ICI 2050

VOUS POUVEZ NOUS

AIDER A  AGIR!

Par le don / mécénat / sponsoring :

100% des moyens financiers viennent du secteur privé soit par le don, soit par le mécénat : matériel, logistique, support de communication… les besoins sont nombreux et vous pouvez nous aider à faire avancer notre engagement !

En portant l’étendard de notre mission:

Soutenez cette mission en achetant le t-shirt dédié à cette opération: fabriqué et brodé en France, en coton bio. 100% des bénéfices sont dédiés à cette opération.









0